Paris Web 2022 : retour aux sources

Paris Web 2022 : retour aux sources

Après deux éditions de conférences en ligne, 2022 signe le grand retour de Paris Web en présentiel. Et on ne va pas se le cacher, ça fait un bien fou de retrouver les membres de la communauté en personne !

Cette édition 2022 marque le retour aux sources de ce qui fait le web : répondre aux besoins essentiels des utilisateurs et utilisatrices. L’accessibilité restera donc, tout du long de cette édition, en fil rouge, et c’est tant mieux. 🙂

Section intitulée l-accessibilite-en-2022-present-et-futurL’accessibilité en 2022 : présent et futur 🚀

Romy Duhem-Verdière, designer UX et coach a11y, à travers sa conférence intitulée « Accessibility by design : comment embarquer les designers ? », nous rappelle ce constat : Seul un tiers des utilisateurs se déclarent à l’aise dans les usages du numérique (et un tiers n’y a tout simplement pas accès). Selon elle, les designers étant en début de chaîne, ce sont les garants et les mieux placés pour sensibiliser le reste de l’équipe à l’accessibilité.

Créer des personas inclusifs en situation de handicap, établir une checklist de bonnes pratiques pour les designers et développeurs (notices AcceDe Web), organiser des ateliers tripartites en début de sprint, tester son site web et son application (prise en compte de l’agrandissement des caractères, navigation au clavier, sans image, etc.), sont autant de conseils permettant d’améliorer l’accessibilité et donc l’inclusion des utilisateurs aux usages du numérique.

Nathalie Pican et Stéphane Deschamps, tous deux experts en accessibilité, soulignent également l’importance d’intégrer des personas inclusifs en situation de handicap en début de projet, dans leur conférence intitulée « Enrichissez vos projets en y intégrant des personae en situation contrainte ! ». Ils ont notamment participé, chez Orange, à l’élaboration d’un set de 12 personas représentant les principales situations de handicap (permanent, temporaire et situationnel). Ce set de personas sera prochainement disponible en ligne pour toutes les personnes désirant en intégrer au sein de leurs projets.

Le sujet de l’accessibilité commence aussi à être pris en considération dans de nombreux groupes de média français, notamment chez Canal+, où Amélien Delahaie a été recruté il y a un an, en tant que référent accessibilité numérique. Ce poste a été créé récemment afin de porter la vision de l’accessibilité numérique au sein du groupe. Il nous livre son retour d’expérience et comment il a contribué à améliorer l’accessibilité de son produit myCanal dans sa conférence intitulée « Comment Canal+ travaille et intègre l’accessibilité numérique ? ».

Pour conclure sur cette thématique, Michel Dvorak, entouré d’experts en accessibilité, a animé une table ronde autour des objectifs 2025 de l’accessibilité. La directive européenne a, en effet, établi l’obligation d’accessibilité des outils numériques pour les institutions publiques depuis juin 2021 et d’ici 2025 pour les institutions privées. Alors, qu’en est-il réellement ?

Vincent Aniort, expert a11y chez Orange, nous livre un bilan assez mitigé : malgré une réelle prise de conscience, depuis quelques années, de la part des institutions à vouloir rendre accessibles leurs outils numériques, aujourd’hui en 2022, moins de 20% des services publics sont réellement accessibles. Concernant les entreprises privées, ce chiffre tombe à quelques pourcents…

Au fils des discussions, plusieurs raisons semblent expliquer ce bilan :

  • Les entreprises ne sont toujours pas prêtes à investir dans l’accessibilité, car ce sujet ne correspond généralement pas à leur vision quotidienne et à la clientèle ciblée ;
  • Le gouvernement n’offre aucune aide sur les sujets d’accessibilité contrairement à d’autres sujets plus récents, comme l’écologie ;
  • Les sanctions réelles sont la plupart du temps dérisoires, voire inexistantes, à l’encontre des entreprises proposant des services numériques non accessibles (contrairement au RGPD par exemple) ;
  • Les développeurs et ingénieurs sortant d’écoles sont rarement sensibilisés aux sujets portant sur l’accessibilité (il y a très peu d’offres d’emploi en France nécessitant des compétences en accessibilité). Il est donc, aujourd’hui, très difficile de recruter un expert dans ce domaine.

Il reste donc de nombreux défis à relever pour les années à venir, mais malgré tout, Sébastien Delorme, consultant en accessibilité numérique et fondateur d’Ideance, nous apporte un message positif et plein d’espoir :

« Au lieu d’envisager le sujet de l’accessibilité numérique comme une contrainte, ne faudrait-t-il pas davantage le considérer comme une opportunité de valeur à donner à notre métier ? » 💛

Section intitulée green-it-ou-comment-reduire-l-impact-environnemental-du-numeriqueGreen IT : où comment réduire l’impact environnemental du numérique ♻️

La seconde thématique abordée lors de cette 17e édition de Paris Web concerne l’environnement, et plus précisément l’impact de nos métiers et de notre usage du numérique sur celui-ci.

Raphaël Lemaire, spécialiste du numérique responsable et coauteur du livre Green IT, dans sa conférence intitulée « Green IT : que faire en tant que professionnel du Web ? », nous sensibilise au fait que le numérique n’est pas immatériel et est responsable d’environ 4% des émissions de gaz à effet de serre. L’impact se situant majoritairement du côté des utilisateurs, en effet, la production des appareils électroniques sollicite de nombreuses ressources naturelles (silicium, lithium, cobalt, etc.) et ne cesse de croître année après année. Cette problématique est d’ailleurs très bien expliquée dans la conférence d’Audrey Neveu et d’Agnès Crepet intitulée « Numérique et éthique : l’impossible équation ? ».

La solution qui en découle logiquement est donc d’utiliser moins d’appareils électroniques en les faisant durer plus longtemps. Raphaël nous rappelle qu’en tant que professionnel du numérique, nous avons le pouvoir (et le devoir) de réduire l’impact environnemental de notre secteur.

Construire des sites et applications performants sur tous les appareils, fluidifier le parcours de l’utilisateur en éliminant les fonctionnalités superflues, utiliser des outils de sensibilisation et de diagnostic d’améliorations comme Lighthouse ou encore GreenIT-Analysis, sont autant de bonnes pratiques participant à l’écoconception des services numériques.

Il existe également des référentiels de pratiques comme les 115 bonnes pratiques du collectif conception numérique responsable, le GR 491 de l’INR ou encore le RGESN (Référentiel général d’écoconception de services numériques) mis en place par le gouvernement français en 2021 et expliqué plus en détail dans la conférence de Christophe Clouzeau intitulée « Le making-of du RGESN : tout savoir sur le référentiel d’écoconception des services numériques ».

Section intitulée conferences-techniques-parce-qu-un-peu-de-css-c-est-sympa-aussiConférences techniques : parce qu’un peu de CSS, c’est sympa aussi ! 🤓

Après être revenu, plus en détail, sur les thématiques essentielles de l’accessibilité et de l’environnement, Paris Web nous a proposé, comme chaque année, son lot de conférences techniques.

J’aborderai, ici, les principales conférences orientées Front-End, sans rentrer volontairement dans les détails. Je vous invite, bien évidemment, à consulter lesdites conférences pour davantage de précisions.

Gaël Poupard, intégrateur web et grand habitué de Paris Web, dans sa conférence intitulée « Découvrez « le bon HTML » et économisez du JS et du CSS », nous rappelle le principe fondamental du moindre pouvoir, appliqué au web : Si une fonctionnalité peut être faite en HTML, ne cherchez pas à la faire en JS ou en CSS. Gaël nous illustre ce principe grâce à des exemples basés, entre autres, sur des attributs de formulaire pratiques et méconnus (autocomplete="one-time-code", pattern, spellcheck, etc.), des éléments HTML modernes (<datalist>, <dialog>, <details>, <summary>, etc.), et bien d’autres… le tout, sans une ligne de JS ni de CSS. 🏆

Ahmad Shadeed, designer UX et développeur Front-End, dans sa conférence intitulée « Defensive CSS », nous propose une multitude de bonnes pratiques CSS nous permettant de gérer et d’anticiper au mieux les contenus web dynamiques : césure des mots avec la propriété overflow-wrap: break-word, gestion des images avec les propriétés object-fit: cover et max-width: 100%, gestion du contenu textuel dans les boîtes flexibles (flexbox) avec la propriété min-width: 0, notamment.

Raphaël Goetter, fondateur d’Alsacréations, dans sa conférence intitulée « Tu fais du Web et tu ne connais pas les Layout Shifts ?! Nan mais… », nous présente les Layout Shifts méconnus par beaucoup d’entre nous. Ce sont, pour faire simple, l’ensemble des repositionnements, redimensionnements et décalages intempestifs des contenus lors du chargement d’une page web. Le Cumulative Layout Shift (CLS) est une métrique introduite en 2020 par Google Lighthouse, permettant, justement, de calculer ces décalages, et est considéré par Google comme l’un des critères UX essentiels au bon fonctionnement d’un site web.

Plusieurs solutions sont apportées par Raphaël afin d’éviter ces Layout Shifts, comme par exemple, de préférer les animations basées sur les propriétés de type transform (comme nous le rappelle également Cassie Evans dans sa conférence intitulée « Animating the Impossible »), d’indiquer les largeurs et hauteurs des images et vidéos ou encore de précharger les polices afin d’éviter les comportements FOIT ou FOUT.

Finalement, Matthieu Bué, Ingénieur UX chez Proton, dans sa conférence intitulée « Themiser un design system », nous livre son retour d’expérience au sein de sa société, où sa mission consistait à mettre en place un design system évolutif et personnalisable sur quatres applications web, utilisés par des millions de personnes chaque jour à travers le monde. (Spoiler : les custom properties ont été, une fois de plus, salvatrices. 😉)

Section intitulée mon-coup-de-coeur-une-touche-de-design💛 Mon coup de cœur : une touche de design 🎨

Pour conclure sur ces deux journées intenses, j’ai eu la chance d’assister à la conférence de Cécile Ricordeau, directrice artistique, intitulée « L’industrialisation des designers du web ».

Ce sujet m’intéressait particulièrement, ayant été moi-même designer à l’époque où Photoshop était encore un standard dans la conception d’interfaces : L’utilisation d’une grille de 12 colonnes et la création de composants d’interface réutilisables étaient loin d’être la norme. (Ces méthodologies n’étaient généralement pas très bien accueillis par les designers.)

Mais aujourd’hui, en 2022, de mon point de vue de développeur Front-End, je n’imaginerais plus pouvoir travailler dans un cadre non standardisé du design. L’utilisation d’un Design System basé sur une bibliothèque de composants, d’icônes et de polices normalisées (👋 Google Fonts), le tout via des outils collaboratifs tels que Figma, sont devenus des standards pour « notre plus grand bonheur »… mais qu’en est-il réellement pour les designers et pour l’avenir du web, plus généralement ?

Cécile nous apporte des éléments de réponse, de son point de vue de directrice artistique, en analysant l’évolution du webdesign et de sa course effrénée vers une logique d’industrialisation (standardisation et production de masse, à l’image du Fordisme), le tout, au détriment de la créativité des acteurs qui en ont fait le métier : les designers eux-mêmes.

Section intitulée juste-un-mot-pour-la-fin-merciJuste un mot pour la fin : merci 🤗

Un grand merci à toute l’équipe de Paris Web pour cette superbe édition 2022 ! Une fois de plus, les conférences étaient passionnantes, le public bienveillant, le tout avec une organisation aux petits oignons.

C’est un réel privilège de pouvoir partager la vision de nos métiers du numérique à travers des sujets, toujours plus d’actualité, tels que l’accessibilité et l’environnement.

Vivement l’année prochaine ! 👋

Commentaires et discussions

Ces clients ont profité de notre expertise