Retour sur le DevFest Lille 2021, Touraine Tech 2022, et SnowCamp 2022

J’ai eu la chance d’assister au DevFest Lille 2021, Touraine Tech 2022, et SnowCamp 2022. J’ai pu y partager deux conférences : Redis, ce n’est pas que pour le cache ainsi que (re)découvrir les outils UNIX.

Ces conférences sont en dehors de nos circuits habituels. Ainsi, c’est l’occasion de partager avec vous mon expérience et aussi quelques conférences qui m’ont particulièrement marquées.

L’ambiance

Ces conférences ont été initialement organisées par des membres des Java User Group (JUG) locaux, ou des communautés Javaiste pour la plupart. Historiquement il y avait une forte dominance Java, mais elles se sont beaucoup ouvertes et on y retrouve beaucoup de sujets sur les bases de données, le front, l’IOT, l’IA, l’administration serveur, la méthodologie ainsi que sur les rapports humains.

Pour ne rien vous cacher, j’avais un peu peur de ne pas me sentir à l’aise car je ne développe pas en Java. Cependant les participants et les organisateurs ont été très accueillants et bienveillants. Tout comme les conférences PHP, tout est fait pour que chacun se sente à sa place et c’est très appréciable. Une volonté forte d’inclusion se fait ressentir à chaque instant. De plus, le fait de sortir de son écosystème permet de s’ouvrir l’esprit, d’apprendre de nouveaux concepts ou paradigmes, et donne l’envie d’appliquer ce qu’on a découvert en retournant au travail le lundi.

Les conférences

Je ne pourrais évidemment pas résumer trois évènements en un article, alors je vais vous partager une sélection des conférences qui m’ont le plus captivées.

L’Observabilité : de Zéro à OpenTelemetry

Par Charles-Marie Ambrosetti et David Pequegnot. Toutes nos applications ont un système de log. Cependant, aller lire les logs en SSH dans un fichier sur un serveur n’est pas pratique lorsqu’un incident survient.

De plus, les logs ne permettent pas de suivre l’évolution d’un système (charge CPU, temps de réponse, nombre d’inscriptions, panier moyen). Les metrics, avec des indicateurs bien choisis, sont des alliés puissants pour identifier un problème mais aussi pour anticiper l’avenir.

Enfin les traces d’appel permettent de vraiment comprendre pourquoi notre application devient lente, ou alors pourquoi un pic de trafic survient sur un microservice (phénomène du N+1 query par exemple).

OpenTelemetry est un écosystème d’outils, d’API / SDK, de bonnes pratiques et de standards visant à unifier le processus d’observabilité d’une plateforme.

C’est un sujet que j’affectionne particulièrement, alors j’étais conquis d’avance. J’ai quand même pu me tenir à jour sur les dernières évolutions d’OpenTelemetry : l’arrivée des metrics et des traces de manière standardisée.

Retrouvez les slides sur slideshare.

Il était une fois… les navigateurs

Noël Macé au micro et Pierre Tibulle aux dessins. Cette conférence sur l’histoire des navigateurs repart des origines au CERN, jusqu’à aujourd’hui. Le contenu était très dense, mais il fallait bien ça pour nous conter cette folle histoire ! J’ai adoré cette présentation fun et ludique. Entre autres, je ne pensais pas que le leadership du développement des navigateurs était tantôt chez Microsoft, tantôt chez Apple, et bien sûr aussi dans l’écosystème open-source / Libre. Je vous invite très chaudement à prendre 1 heure pour découvrir cette fabuleuse histoire.

Art & Entropie : Du chaos dans ton frontend

Je pensais que cette conférence serait sur de l’art avec WebGL dans un browser mais pas du tout. Cependant je n’ai pas été déçu pour autant.

Thibaud Courtoison nous a fait un bref rappel sur le chaos engineering : le fait de couper des serveurs en prod pour vérifier si la plateforme se rééquilibre automatiquement. Cependant, ce processus n’existe pas vraiment pour le frontend. Que se passe t’il si l’API retourne une 500 ou timeout ? Que se passe-t-il si les traductions prennent trop de place dans l’UI ?

Pour tester une multitude de cas de figure, il a développé une extension pour votre navigateur préféré afin d’éliminer tous les petits couacs qu’il peut rester sur votre frontend.

Quelques mentions spéciales

  • L’histoire de SRP, le protocole d’authentification Zero-Knowledge par Willy Malvault. C’est un algo qui permet de ne pas échanger le mot de passe sur le réseau, mais qui permet d’authentifier un utilisateur de manière fiable et sécurisée.
  • Vis ma vie de bénévole ! A travers un quickie, Annabelle Koster s’éloigne un temps de l’informatique pour parler de bénévolat, casser les stéréotypes, parler de tous les avantages et de ce que cela nous apporte au quotidien. J’ai retrouvé beaucoup d’analogie avec l’open source.
  • Mais, à quoi ça sert un DevRel ?, Dev Rel, Developper Advocate, ou encore Developper Evangelist sont des titres de postes que vous ne connaissez pas bien ? Aurélie Vache et Horacio Gonzalez, tous deux DevRel chez OVH nous ont raconté leurs quotidiens : conférences, création de contenu pédagogique, démo, POC, animation d’une communauté, rencontre avec d’autres développeurs, échange avec les équipes produits interne. Tout ça dans le but d’améliorer leur produit, de le faire connaître, et de le faire grandir. Quel beau métier !
  • WebAssembly n’est pas qu’une affaire de frontend Benjamin Coenen nous a présenté des cas d’usage pour WASM autres que le Web. On peut citer par exemple les smarts contracts dans une blockchain, ou des workers dans des CDN (Fun fact: j’ai commencé à développer un worker fastly codé en Rust qui compile en WASM pour redirectionio il y a 2 semaines).
  • Identité numérique décentralisée et droit d’être soi : protéger son intégrité sur Internet (PDF). Vous connaissez peut-être SOLID pour avoir un web décentralisé. Eh bien il existe d’autres projets avec les mêmes objectifs, portés aussi par le W3C. Adrien Wattez nous a présenté DID Decentralized Identifiers en profondeur ainsi que tout l’écosystème qui gravite autour.

Conclusion

Ces trois évènements, où je n’ai pas entendu parler de PHP une seule fois, ont été très instructifs et enrichissants. J’ai pu assister à des conférences exceptionnelles et rencontrer des gens formidables. J’ai tout particulièrement aimé SnowCamp qui était à Grenoble, car il y avait quatre tracks en parallèle (donc beaucoup de choix, et de qualité), l’une des conférences se passait sur les pistes de ski (oui, oui), et aussi car j’ai pu retourner dans une ville où j’ai fait une partie de mes études.

Si vous en avez la possibilité, c’est avec un grand plaisir que je vous invite à aller à ces conférences. D’ailleurs elles sont très abordables (ex: 42€ en earlybird pour 2 jours à SnowCamp). Vous y apprendrez plein de choses, et vous rencontrerez plein de gens formidables.

blog comments powered by Disqus