DotJS, le TED de la conférence technique

Ce mois de novembre se termine sur une belle moustache et une journée de conférences orientées Javascript à DotJS.

La qualité des orateurs m’a tout de suite poussé à assister à cet évènement. Mathias Bynens de JsPerf, Mr.doob (Three.js ♥), Fat (twitter bootstrap) et Charlie Robbins de nodejitsu pour ne citer qu’eux. Avec une telle brochette de talents, et aucun programme annoncé, je dois dire que je m’attendais à des talks techniques et pointus. Or, ce n’est pas dans la technique que DotJS inspire, mais dans nos aspirations de développeurs, notre manière de contribuer à l’éco-système open-source.

En dehors de quelques présentations techniques (UTF-8 dans Javascript, les nouvelles features des Chrome Developer tools, l’état de Node.js, Enyo) donc, les sujets traités lors de ce DotJS allaient de « Pourquoi l’open-source ma tué » à « Comment travailler avec des humains » pour grossir le trait. Loin d’être déplaisants, ces choix ont surpris. DotJS is not a regular conference.

DotJSPhotos par Maurice Svay

En quelques points, ce que je retiens de cette première édition :

  • TinCr, une extension Chrome qui permet de persister toutes les modifications que nous effectuons dans Chrome Developer tools ;
  • Node.js 1.0 n’est pas pour tout de suite, en attendant les domains et les stream apparaissent et concernant le premier, c’est une belle avancée pour la gestions des erreurs ;
  • Yeoman, un outil à tout faire pour nos applications web. Gestionnaire de packet pour nos dépendances Javascript, compilateur, générateur de boilerplate, optimiseur d’images… Le tout dans un utilitaire en ligne de commande. Ajouter jQuery sur un projet deviendrait aussi simple qu’avec Composer : yeoman install jquery ;
  • NaN se prononce Nani chez Brian Leroux ♥ ;
  • Le cute puppy syndrome™ expliqué avec brio par Fat, ou comment un petit projet tout mignon qu’on prend plaisir à bichoner peut devenir un énorme chien baveu qui nous prend tout notre temps ;
  • Le théâtre des Variétés c’était un sacré bon choix !

Du point de vue des annonces, on peux citer :

Ce que je dois dire à propos de cette journée, c’est aussi qu’il y avait très peu d’ordinateurs ouverts dans le public. Outre le fait que le wifi n’était pas forcement à la hauteur, c’est surtout le fait de n’avoir qu’une seule track de conférence à suivre, avec des speakers qui ont déjà roulé leur bille et qui n’annoncent pas le sujet de leurs talks à l’avance, ça attire l’attention.

Bravo à Sylvain Zimmer et Thomas Bassetto pour cette très belle première édition.

blog comments powered by Disqus