JoliDay 2019 avec du RFID, des jeux et des céréales

Comme tous les ans, nous avons profité de ce lundi de Pentecôte mi-férié-mi-pas-férié (il n’est pas chômé chez nous en application de la journée de solidarité) pour se retrouver tous ensemble et faire des projets ni Web ni Mobile, mais toujours de qualité 👌.

Dans cet article nous vous présentons les différents projets réalisés en une journée par les JoliCodeuses et JoliCodeurs !

Offithings, l’internet des bureaux 🔓

Au début de l’année 2019, notre ascenseur est entré dans une phase de refactoring, longue de plusieurs semaines, qui nous a forcé à re-router notre trafic par les escaliers. Cependant nous n’avions pas suffisamment de clés pour tout le monde. Sur le même principe que le doigt de l’ascenseur, nous avons installé un système pour déverouiller la porte depuis nos smartphones.

Le door-unlocker en action

Cependant, la connexion 4G / WIFI depuis la cage d’escalier n’était pas très fiable. Nous avons donc profité de ce JoliDay pour ajouter un lecteur RFID/NFC qui permet d’ouvrir la porte grâce à nos badges d’ascenseur (« une clé pour les ouvrir toutes »).

Nous avons décidé d’utiliser un Module PN532 NFC qui nous permet de lire les badges RFID de l’ascenseur et nous permettra également, à l’avenir, de communiquer avec le NFC de nos smartphones. Les principales difficultés rencontrées lors de ce projet ont été de comprendre les différences entre les 2 modes de communications supportés entre le microcontrôleur et le module NFC et choisir le bon à utiliser (I2C VS SPI pour les connaisseurs). La librarie développée par Adafruit nous a ensuite permis d’interagir facilement avec le module NFC. Une fois l’UID du badge récupéré, il nous a suffit de rajouter la connexion avec l’API d’Offithings (notre application interne qui gère tous les objets connectés et les stats associées) pour déclencher l’ouverture de la porte si le badge y est autorisé.

En parlant d’Offithings, nous avons également poursuivis notre lancée IOT en ajoutant de nouveaux capteurs pour nos plantes : température et humidité de l’air, ensoleillement, et humidité du sol. Pour réduire les coûts d’industrialisation (oui oui), nous avons laissé de côté les Photons au profit des ESP32. Ils sont similaires à des Arduino, mais avec un support du WIFI et du Bluetooth (low energy) – pour environ 4€ l’unité.

Les capteurs de la plante

Concrètement, l’ESP32 récupère les valeurs des différents capteurs puis les transmet à une API Symfony. Celle-ci écrit ensuite dans InfluxDB. Et enfin, nous visualisons les données via Grafana :

Les stats de la plante

Slot machine du bonheur 🎰

Il est relativement fréquent pour certains d’entre nous de travailler à distance, chez les clients, etc. Nous avons pensé à concevoir un petit objet connecté permettant aux personnes en remote de partager leurs humeurs avec nous, et ainsi participer pleinement à la vie des bureaux. Après pas mal d’idées farfelues et/ou nécessitant des années de développement, notre choix s’est finalement porté vers un split flap d’emojis, personnalisé et extensible. Personnalisé parce que naturellement, on ajoute sur les cartes ce que l’on souhaite, dans notre cas des emojis. Extensible car nous avons commencé par 3 modules, mais il est tout à fait possible d’en chaîner plus.

Basé sur des plans open-sourcés, nous avons réalisé en amont les découpes laser de nos boitiers, puis à la main l’assemblage et la découpe des cartes qui composent les écriteaux. Nous avons ensuite utilisé un Arduino Uno sur lequel nous avons connecté nos 3 moteurs, chargés de faire tourner nos roues lettrées. Notre Arduino, connecté en Wifi est déclenché à distance via une commande Slack configurée via l’application « Slash commands », chargée quant à elle de faire un appel API. Ainsi, lorsque la slash command est exécutée, une fonction AWS Lambda est exécutée via Amazon API Gateway qui se charge de faire le contrôle des paramètres de la fonction, et : – soit de retourner une erreur, – soit de lancer la mise jour des cartes dans le but d’afficher le bon emoji sur chacun des modules. Il nous restait ensuite simplement à choisir le bon set d’emoji, et à configurer la correspondance dans notre fonction Lambda 🙌.

Split flap

Nous avons cependant eu quelques mésaventures à cause de notre module Wifi externe, et perdu un temps précieux, que nous n’avions pas du tout anticipé. Pro tips : prendre des cartes avec les composants de connectivité intégré nativement pour éviter les risques inutiles.

Des céréales et du houblon 🍺

Après une année à avoir essayé le cidre… et avouons-le après une année à rater notre cuvée… Nous avons décidé de revenir à ce que nous savons faire le mieux : cuisiner les céréales.

2019 a donc vu la naissance de deux cuvées de bière maison :

  • une blonde préparée avec amour à base de malt, d’orge et de houblon : Hops To The Pils (HTTP !) ;
  • une blanche classique à base de sirop (le brassage facile !), pour laquelle nous avons substitué le sucre par du miel : Blanche Bière et les Sept Abeilles.

Nous avons investi dans un serpentin de refroidissement et ça change tout, pouvoir refroidir 15L de moût en quelques minutes sans difficulté nous change beaucoup des heures de galère dans l’évier / l’achat de glaçon au bistro du coin / la clim à fond dans les bureau !

Rendez-vous dans quelques semaines pour la mise en bouteille, et mi-août pour la dégustation !

Vis ma vie de CHO 🦸‍♀️

Forcément, passer nos soirées à jouer ensemble un verre à la main 🍷🤫 à des jeux de société, ça donne des idées ! Et pourquoi pas créer le nôtre ? Après lecture de quelques tutos et pro-tips (on ne change pas les bonnes habitudes…), nous étions prêts à prototyper.

Début du prototypage

L’idée de faire un jeu autour de JoliCode et de notre métier de développeur a vite été retenue. Mais comment rendre cela ludique ? En jouant le rôle de nos CHO, prêtes à tout pour donner le sourire ! (on vous a déjà dit qu’on les adore ? ❤️)

Mais attention, être un·e bon·ne CHO est loin d’être simple, il faut jouer ses cartes intelligemment et anticiper leurs impacts. Ainsi, organiser trop souvent des JoliDrinks rendra votre équipe inapte, tandis que les bouder trop longtemps fera baisser le moral. Il faut aussi veiller aux événements aléatoires extérieurs, comme par exemple organiser une séance de remise en forme post-raclette ou un goûter les jours maussades. Le gagnant est le CHO ayant rendu l’équipe la plus heureuse au terme d’une année entière. Oui… Nous avons quantifié le bonheur. 😛

Prototype du board

Une partie dure environ 30 minutes pour 4 joueurs. Le jeu est encore à l’état de POC, il est sujet à évoluer au fil des parties. Nous espérons sortir une première version rapidement, avec de jolies cartes, un board et des ressources imprimées en 3D. Et qui sait, bientôt dispo dans votre ludothèque préférée ? 👀

Ambiance d’une partie

Vivement l’an prochain

Soyons réalistes, ces projets ne vont pas attendre 1 an pour qu’on les termine ; les céréales ne seraient sûrement pas au top… Et puis nos plantes vont avoir soif, ça serait sympa de les arroser automatiquement.

Nous avons tous grandement apprécié travailler sur nos projets et nous avons tous envie d’en faire de vrais projets fonctionnels à 100% !

blog comments powered by Disqus