JoliDay 2017, avec des joysticks, des bulles et des LEDs

Ce lundi de Pentecôte était encore une fois synonyme de JoliDay ! Nous profitons de cette journée pour réaliser des projets sortant de nos contrées habituelles. Voici un récapitulatif de ce qui était au programme cette année !

JoliChoco

Les JoliCodeurs sont gourmands et adoooorent le chocolat. Nous avons voulu dans le cadre de ce JoliDay découvrir le métier de chocolatier. Nous avons réalisé plusieurs créations :

  • des chocolats en forme de Lego garnis au caramel fait maison (merci Suzanne), au praliné lui aussi fait maison (merci Claire), ou encore au riz soufflé, … ;
  • des sucettes au chocolat avec une base de gâteau au yaourt qu’on a ensuite enrobées de chocolat liquide (noir, blanc ou au lait) ;
  • de la pâte à tartiner JoliChoco composée entre autre de chocolat au lait et de praliné.

La plus grosse difficulté était le tempérage du chocolat, pour que celui-ci soit bien brillant, sans tâche blanche et facile à démouler. Le tempérage consiste à faire fondre et monter le chocolat à une certaine température (55°C pour le chocolat noir et 44–48°C pour le chocolat au lait et le blanc), puis le faire redescendre en température (28°C pour le noir, 27° pour le blanc et au lait), et enfin le faire réchauffer pour obtenir la température de travail (31°C pour le noir et 29°C pour le blanc et au lait). Le plus difficile a été la phase de refroidissement, nous avons manqué de glaçons pour effectuer cette étape rapidement, ce qui est nécessaire pour une bonne cristallisation du chocolat.

Nous avons rencontré une autre difficulté lors de la préparation de nos cake pops. Le processus est assez simple : on a commencé par faire de la pâte à gâteau que nous avons introduit dans nos moules pour avoir des demi-sphères, celles-ci ont été liées avec du chocolat pour former des petites boules. Après les avoir toutes enrobées de chocolat et décoré, il fallait les mettre sur nos bâtonnets pour en faire une sucette, et le problème était que certaines boules tombaient le long du bâtonnet, ce qui nous donnait un résultat assez peu esthétique :

Il fallait ensuite les laisser refroidir debout dans le frigidaire. Nous avons décidé de changer de bâtonnets et le “repose-bâtonnets” qui était prévu n’était plus adapté. Nous avons dû improviser un “repose-bâtonnets” avec une boîte en carton que nous avons percé avec un tournevis.

Malgré toutes ces difficultés, nous avons beaucoup aimé faire cet atelier, faire ce que nous aimons manger. La chocolaterie est un art ! Tout le monde s’est régalé lors de la dégustation. \o/

JoliCastle Act II

Nous avions déjà construit la structure globale de notre JoliCastle l’an passé. Jusqu’à présent, il s’agissait d’un gros cube de carton, mal éclairé et ventilé, mais qui pouvait déjà nous servir de petite salle de réunion ou d’endroit un peu clos afin de s’isoler au milieu de l’Open Space.

Cette année, nous avons choisi d’aller un peu plus loin, en remédiant à certains défauts que nous avons pu observer dans le château. La porte d’entrée a été agrandie, une nouvelle fenêtre a été percée, et une ventilation a été installée, dissimulée dans deux nouvelles tours construites sur les flancs du château. Enfin, nous avons commencé la décoration extérieure, dans un style forcément médiéval : dessin de l’encadrement des ouvertures, avec claveaux et clés de voûtes, fissures et pierres usées par le temps…

Même si le château a bien progressé cette année, il reste un travail non négligeable de décoration et d’aménagement. Pour la décoration, l’ensemble manque de relief – nous n’avons pas eu le temps de dessiner les pierres des façades – et au final cela ressemble plutôt à un gros cube blanc. De nombreux détails pourraient être dessinés pour donner un meilleur aspect au JoliCastle. Sur le plan de l’aménagement, il nous faut maintenant meubler l’intérieur du château : petite table, chaise basse ou couchette, éclairage variable à base de leds, etc. Enfin, il sera nécessaire que nous installions une nouvelle porte, l’entrée ayant été agrandie !

Dataluster

New toy #dataluster

Une publication partagée par JoliCode (@jolicode) le

Dataluster est une board de LEDs connectée, chaque LED peut-être pilotée via un endpoint sur une API REST. Chaque LED (RGB) est adressable et peut-être contrôlée via un simple appel HTTP :

axios.post(`https://api.particle.io/v1/devices/${deviceId}/setLed?access_token=${accessToken}`, {
    args: `${x},${y},${r},${g},${b}`, 
});

x, y étant les coordonnées du pixel et r,g,b la couleur de la LED. Dataluster devient alors un medium interactif et hackable : on peut imaginer allumer une LED en verte à chaque push GitHub pour reproduire le fameux diagramme d’activité GitHub. Nous avons également développé dans la journée une petite app React Native (avec https://expo.io) proposant un éditeur style pixel art :

JoliArcade

La borne d’arcade est un grand classique, mais l’envie d’en construire une nous-même nous démangeait depuis longtemps ! Ce qu’il y a l’intérieur est assez simple et surtout très abordable : un Raspberry Pi 3 avec RecalBox chargé sur une petite carte mémoire, qui embarque emulationstation. Cette configuration permet d’émuler les deux Sega Megadrive, Nintendo, Playstation… Comptez aussi un vieil écran ProLite E435S du grenier de mémé et un ventilateur de récupération pour éviter la surchauffe. En façade : nous avons opté pour une borne de type Bartop 2 joueurs trouvé sur Fabrikborne et un kit complet Joystick et boutons. (PS : sachez qu’il y a aussi la possibilité de faire sortir un port USB pour ajouter des manettes SNES USB par exemple). Côté décoration, nous avons fait appel à Alexandre Godreau de l’agence Digital Ping Pong pour nous faire des illustrations retrogaming !

Nous avons été très surpris de découvrir sur internet l’énorme communauté de passionnés qu’il y a derrière les bornes d’arcade homemade ! Il a été facile de ce fait de trouver de très bon conseils / tutoriels. Prochainement, nous pensons rajouter des casques amovibles, des enceintes, des retroachievement, et un thème graphique custom. D’autres idées ? On vous écoute !

DoorWatch

via GIPHY

Les locaux de JoliCode sont grands. C’est pratique, on a de la place pour la borne JoliArcade. En fin de journée, le dernier parti fait systématiquement le tour des bureaux pour vérifier que toutes les portes sont bien fermées, mais c’est un peu long.

Le but de ce projet est de surveiller la bonne fermeture des portes en dehors des heures de bureau. Chaque porte est équipée d’un capteur d’ouverture. Deux dispositifs sont prévus pour visualiser la bonne fermeture des portes : un affichage au niveau de l’entrée principale et une intégration Slack.

Niveau réalisation, on est parti sur un risotto de champignons des Particle Photon, un par porte et un autre pour l’affichage principal.

Et des capteur de fermeture de porte comme celui ci :

Un peu de magie logicielle (le Photon se programme avec du C++ simplifié), et BOOM, on sait que les portes sont fermées.

L’intégration avec Slack pour vérifier la fermeture depuis son bureau ou à distance n’a pas encore été réalisée par manque de temps, mais ça ne saurait tarder ! Une autre amélioration prévue, c’est d’utiliser l’allumage ou l’extinction de la lumière comme indice, combiné à l’heure actuelle, pour déterminer si l’ouverture d’une porte est anormale ou pas, c’est pratique pour les after-work.

JoliBeer 4ème cuvée

Voilà maintenant quatre ans que chaque année, une équipe de JoliCodeurs est responsable de la création du désormais célèbre breuvage intitulé JoliBeer. Cette année, une nouvelle équipe, avec ses propres sensibilités, a pris le relais de cette tradition millénaire annuelle.

Deux cuvées ont été brassées :

  • 4L de bière IPA aux 3 houblons ;
  • 15L de bière ambrée.

Pour la première cuvée, les différentes étapes (Préparation du matériel, désinfection de celui-ci, maîtrise des différentes cuissons…) demandent une coordination aux petits oignons entre les membres de l’équipe, chacun a ses propres responsabilités et la moindre erreur peut être fatale !

Au final, beaucoup d’efforts pour peu de quantité (12 bouteilles seulement !), alors chaque goutte sera appréciée comme il se doit.

Pour faire profiter de la JoliBeer les masses travailleuses, la deuxième cuvée produira au total plus de 45 bouteilles. Celle-ci, brassée à partir d’un sirop, nécessite moins d’opérations que la première, mais il faut toujours faire attention aux imprévus, comme par exemple une pénurie de glaçons ayant entraîné un quémandage inopiné aux bistrots du quartier… (merci à eux !)

Au terme de cette journée, les deux cuvées sont en train de paisiblement fermenter dans un endroit tenu secret des curieux. Prochaine étape : la mise en bouteille ! En attendant celle-ci, nous profitons du calme retrouvé pour concevoir de magnifiques étiquettes et documenter nos péripéties, afin de faciliter le passage de connaissances d’une année sur l’autre.

En conclusion

Comme chaque année, nous avons élargi nos connaissances dans de nombreux domaines en dehors de nos contrés habituelles : pas de Symfony, presque pas de JavaScript mais toujours les mêmes problématiques de spécifications, de planification, de partage des tâches et de surprises en pleine implémentation ! Construire un bartop ou faire des chocolats n’est finalement guère différent que de construire un applicatif web : la préparation est aussi importante que la réalisation !

À l’année prochaine pour notre prochain JoliDay !

blog comments powered by Disqus